Aux grands hommes, etc.

Bernard Langlois  • 12 novembre 2009 abonné·es

Cent ans

On avait fini par le croire immortel pour de vrai. Il ne l’était pas. Avoir vécu cent ans n’a plus rien d’exceptionnel de nos jours. Avoir vécu cent ans en pleine possession de ses moyens intellectuels est déjà plus rare. Cent ans est, de toute façon, un âge raisonnable pour passer l’arme à gauche, on ne va pas pleurer. Combien de vies fauchées dans la fleur de l’âge, de Mozart assassinés ? Oui, mais Claude Lévi-Strauss était «  un contemporain capital » , pour reprendre le mot de Malraux. Et quoi qu’on en ait, l’annonce de sa mort provoque une émotion, comme un sourd chagrin. Même quand, comme moi, on n’entend pas grand-chose à ce qu’on a appelé « le structuralisme », dont on nous a appris qu’il était, en quelque sorte, le grand maître (et dont on nous dit aussi qu’il serait passé de mode). Claude Lévi-Strauss est mort, je n’ai quasiment rien lu de lui (j’avoue, j’ai honte…), hors Tristes Tropiques

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes