Une population digne mais en colère

Deux semaines après le séisme, Françoise Escarpit a arpenté les rues de Port-au-Prince, de Petit-Goâve et de Léogâne. Reportage.

Françoise Escarpit  • 28 janvier 2010 abonné·es

Ce qui saisit le voyageur qui arrive à Port-au-Prince, une semaine après le séisme, c’est l’absolue impuissance devant les immenses campements qui poussent comme des champignons dans le moindre espace libre de décombres. Du côté de l’aéroport, il y a, comme toujours, beaucoup de circulation, de monde et des militaires de la Mission de l’ONU pour Haïti (Minustah), mais rien de spectaculaire qui laisse deviner ce qui se joue sur les pistes endommagées, et désormais gérées par les États-Unis, de l’aéroport international. Rien qui signale vraiment la catastrophe. Et d’un coup, une, deux, trois maisons effondrées, tombées d’un bloc, les étages supérieurs ayant écrasé le rez-de-chaussée. Sur une pente, des milliers de toiles plastiques, plantées sur des bâtons, tenues parfois par une tôle, et, dessous, dans la chaleur de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Haïti : effacer la dette
Temps de lecture : 9 minutes