Dossier : La France est-elle gouvernée à gauche ?

L’État ne lâche pas les paysans basques

Depuis cinq ans, Laborantza ganbara subit les attaques des pouvoirs publics et de l’administration. Cette association qui défend une agriculture durable est accusée d’agir comme une chambre d’agriculture occulte.
Débouté en mars 2009, l’État persiste à demander une sanction : jugement en appel le 18 février.

On reste incrédule devant l’imposant pavé : près de sept cents pages relatant cinq années de chicanes, de pressions et de procédures, souvent illégales. Le tourmenteur, ce sont les pouvoirs publics et l’administration, avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques dans le rôle principal. Et le harcelé, l’association Euskal herriko laborantza ganbara (EHLG), qui vient de rendre publiques toutes les pièces à conviction dans un Livre noir . En jeu : sa survie, alors que l’État demande, dans un appel qui sera…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents