« L’Arbre et la Forêt » : les racines d'un secret

« L’Arbre et la Forêt », d’Olivier Ducastel
et Jacques Martineau, montre comment
un drame ayant trait
à l’horreur nazie a pesé sur une famille tout entière.

L’exposition est un peu raide. Trop codée. Rien à voir avec le prélude qui démarrait dans la forêt. Ils sont tous dans la même pièce, après l’enterrement du fils aîné. Il y a le père, la mère, le fils cadet, la petite fille, les deux belles-filles et trois enfants… Chacun joue sa partition, mais aligne ses notes en prenant la pose. Le décor est bourgeois, l’ambiance aussi. Le fils cadet, Guillaume (François Négret), qui a déjà trop bu, explose et hurle sur son père, Frédérick (Guy Marchand), qui n’est pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents