« L’Arbre et la Forêt » : les racines d’un secret

« L’Arbre et la Forêt », d’Olivier Ducastel
et Jacques Martineau, montre comment
un drame ayant trait
à l’horreur nazie a pesé sur une famille tout entière.

Ingrid Merckx  • 4 mars 2010 abonné·es
« L’Arbre et la Forêt » : les racines d’un secret
© POIROT-DELPECH

L’exposition est un peu raide. Trop codée. Rien à voir avec le prélude qui démarrait dans la forêt. Ils sont tous dans la même pièce, après l’enterrement du fils aîné. Il y a le père, la mère, le fils cadet, la petite fille, les deux belles-filles et trois enfants… Chacun joue sa partition, mais aligne ses notes en prenant la pose. Le décor est bourgeois, l’ambiance aussi. Le fils cadet, Guillaume

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes