Abbas Kiarostami : « L’art a besoin d’être vu »

Cannes. Abbas Kiarostami explique les parti-pris qui ont présidé à la réalisation de son film « Copie conforme », analysant notamment la question du regard.

Christophe Kantcheff  • 20 mai 2010 abonné·es
Abbas Kiarostami : « L’art a besoin d’être vu »

POLITIS : Avec Juliette Binoche à l’affiche et un sujet centré sur le couple, Copie conforme semble plus grand public que beaucoup de vos films…

Abbas Kiarostami : Je crois que ce film s’adresse en effet à un public plus large. Les relations homme-femme constituent la préoccupation mentale première de tous les êtres humains. Donc, du moment qu’on traite de la relation amoureuse et de la relation du couple, on est assuré d’avoir un terrain commun de ressentis et de réflexions avec les spectateurs. Sur d’autres sujets, le chemin est peut-être plus long pour les atteindre. Cela dit, la préoccupation humaine ne peut évidemment pas se limiter à l’amour. Peut-être que si l’on passe toute sa vie à réfléchir à l’amour, on

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 7 minutes