Pascale Casanova licenciée

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Femme de radio depuis vingt-cinq ans, restée fidèle à France Culture, Pascale Casanova animait depuis plusieurs années une émission littéraire sans équivalent. Elle vient d’être licenciée par sa chaîne à la suite d’un désaccord.

Intitulée « les Jeudis littéraires », puis « les Mardis littéraires », enfin, depuis la rentrée 2009, « l’Atelier littéraire », l’émission de Pascale Casanova réussissait à mêler interviews d’auteurs et développements critiques, et s’employait à défricher des pans des littératures française et étrangère qui, sans elle, seraient restés dans l’ombre. L’approche formelle de Pascale Casanova, qui est par ailleurs chercheuse et a un livre sur Kafka en préparation, ne négligeait aucune des dimensions, politique notamment, que peut receler un texte, qu’il s’agisse d’un roman, d’un récit, d’un poème ou qu'il relève d’un genre non identifié. Car c’était aussi cela cette émission : un goût pour l’expérimentation, l’inconnu, le risqué, le minoritaire, dans un esprit d’exigence qui ne renonçait pas à la clarté.

Ce sont beaucoup d’écrivains, de poètes, de traducteurs et de critiques qui se retrouvent ainsi privés d’un espace où ils savaient qu’ils seraient bien traités car la littérature y primait, et de très nombreux auditeurs à qui cette émission va cruellement manquer. Le départ de Pascale Casanova de France Culture est malheureusement cohérent avec la progressive dépréciation de cette chaîne, et plus généralement de Radio France.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents