« Hors-la-loi » : des audaces et des faiblesses

« Hors-la-loi », de Rachid Bouchareb, en salles cette semaine, aborde sous forme de fiction la guerre du FLN en France. S’il fait ressurgir de vieilles haines nauséeuses qu’il faut combattre, il n’est pas exempt de défauts. Preuve qu’un débat est nécessaire, qui doit permettre aux historiens de livrer leur lecture.

Gilles Manceron  • 23 septembre 2010 abonné·es
« Hors-la-loi » : des audaces et des faiblesses
© PHOTO : DR

Qu’après le succès d’ Indigènes Rachid Bouchareb aborde la guerre du FLN en France ne pouvait que susciter l’attente d’un grand film sur un sujet à la fois occulté et important. Le fait que sa sélection au dernier Festival de Cannes ait été l’occasion de vives attaques de la part d’associations pieds-noirs nostalgiques de l’Algérie française, qui ne l’avaient pas encore vu, incitait à espérer qu’il soit de ces œuvres cinématographiques fortes qui savent faire émerger soudain aux yeux d’une société un épisode de son passé qu’elle avait préféré oublier.

Le jour de sa projection, un millier de manifestants s’étaient rassemblés devant l’hôtel de ville de Cannes à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
FN + Medef = Sarkozy
Temps de lecture : 7 minutes