Des droits pour la planète

Jean-Louis Gueydon de Dives  • 14 octobre 2010 abonné·es

À Nagoya, businessmen et bureaucrates vont examiner de nouvelles mesures censées améliorer la situation de la biodiversité. Pour l’essentiel, il s’agit de donner une valeur monétaire à la biodiversité, réduite pour l’occasion à la notion de « services rendus » à l’espèce

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 3 minutes