Dossier : Et pendant ce temps là, la maison brûle

Les États-Unis sont au point mort

L’opinion publique américaine ne s’intéresse pas au sommet de Cancún. C’est compréhensible. L’an dernier, le pays savait Barack Obama, auréolé de son Nobel de la Paix, anxieusement attendu à Copenhague par la communauté internationale dans l’espoir que les États-Unis jouent enfin un rôle majeur dans la lutte contre le dérèglement climatique. Les élections du 2 novembre ont anéanti les derniers espoirs des environnementalistes, déjà groggy après l’abandon officiel cet été du projet de loi énergie-climat,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.