Fuir la ville …

… avec Lanza Del Vasto ; et inventer d’autres mondes.

Bernard Langlois  • 1 décembre 2010
Partager :

Un lecteur attire mon attention sur la revue (trimestrielle) ### Altermondes, dont le numéro 8 vient de sortir [^2].


Illustration - Fuir la ville …


Le titre de cette revue dit assez sur quels chemins d’utopie elle chemine, et quels modèles mortifères elle récuse.

Et on ne saurait refuser d’envisager que la crise multiforme et exponentielle dans laquelle nous nous enfonçons n’appelle l’homme de demain à réinventer une civilisation radicalement différente de celle dont nous mesurons chaque jour dans quelles impasses elle conduit.

Sauf à crever.

Ce lecteur accompagne son message d’un poème du célèbre disciple de Gandhi, et créateur de l’Arche, l’utopiste Lanza Del Vasto (1901-1981), que voici.


Illustration - Fuir la ville …

FUIS LA VILLE

Si c’est l’être et la substance que tu cherches
Crains de te frotter à ceux qui ne cherchent qu’à se fuir.

NOUS AVONS ETE TROMPES
comme des nègres : pour des jouets d’un sou,
pour des bijoux de verre,
nous avons troqué notre or ;

QUE FONT-ELLES de nécessaire les villes ?
Font-elles le blé du pain qu’elles mangent ?
Font-elles la laine du drap qu’elles portent ?
Font-elles du lait ?
Font-elles un œuf ?
Font-elles le fruit ?

Elles font la boîte.
Elles font l’étiquette.
Elles font les prix.
Elles font la politique.
Elles font la réclame.
Elles font du bruit.

Elles nous ont ôté l’or de l’évidence,
et l’ont perdu.

            ### Lanza Del Vasto

[^2]: Présentation, points de vente et sommaire , ici.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don