Dossier : Cantona : Pourquoi il a politiquement raison et économiquement tort

« L’important est de socialiser le système bancaire »

Si la dénonciation des dérives financières est salutaire, la proposition de Cantona est inapplicable : un effondrement des banques ôterait toute valeur à l’argent retiré.

Le succès sur la toile de la proposition d’Éric Cantona de vider les banques de leurs billets exprime la profonde exaspération de la population contre une crise financière qui n’en finit pas de produire ses dégâts. Dégâts dont se délectent les spéculateurs agissant pour le compte des rentiers, tandis que les gouvernements s’acharnent, avec leurs plans d’austérité, à reporter sur le dos des travailleurs, des chômeurs, des malades, des retraités tout le poids de la restauration des profits des banques,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents