Netcacao ne veut pas être chocolat

La chocolaterie de Saint-Menet se bat pour sa survie, après avoir perdu son partenariat avec Nestlé. Alors que le gouvernement prétend faire de l’industrie sa priorité, les pouvoirs publics ne se mobilisent guère.

Sébastien Boistel  • 20 janvier 2011 abonné·es
Netcacao ne veut pas être chocolat
© Photo : POUJOULAT / AFP

Ce qui frappe d’abord, c’est l’odeur. Au bord de l’autoroute, à deux pas du centre commercial de la Valentine, dans l’est marseillais, l’odeur de chocolat l’emporte sur celle des gaz d’échappement. Sur des silos, un nom se détache : Netcacao. Depuis 1952, la chocolaterie de Saint-Menet embaume les environs. Elle a pourtant connu des moments difficiles. En 2004, Nestlé, après avoir transféré une partie de sa production en Espagne et en Italie, avait décidé de fermer ce site employant 427 personnes. Commence alors un bras de fer qui s’achèvera par la victoire des travailleurs. En 2006, la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes