L'indignation des magistrats fait tache d'huile

Ce mercredi 9 février, 146 tribunaux sur 195 avaient voté le renvoi systématique des audiences non urgentes. Avant la mobilisation nationale du 10 février, la fronde des magistrats déborde et s'étend à d'autres secteurs de la justice, à l'éducation, à la prévention et au secteur social.

Moins d'une semaine après la déclaration controversée de Nicolas Sarkozy demandant des « sanctions » contre les magistrats qui avaient « laissé sortir de prison » un « présumé coupable » (voir Les magistrats sortent de leurs gonds), c'est l'ensemble du secteur judiciaire mais aussi les personnels de l'éducation et du social qui expriment leur indignation. Et rallient le mouvement pour demander l'arrêt des baisses de financement. Petite revue d'effectif : Chez les magistrats, l'Union syndicale des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents