Une révolution Nord-Sud

Denis Sieffert  • 24 février 2011 abonné·es

Le fol engrenage révolutionnaire auquel on assiste depuis le début du soulèvement tunisien, le 19 décembre, n’est-il que l’aggiornamento d’un monde arabe qui n’est pas le nôtre ? Avouons-le ! Il y a vaguement cette idée dans nos analyses : le monde arabe comblerait son déficit de démocratie. Comme si les événements de Tunisie, d’Égypte, de Libye ou de Bahreïn ne nous concernaient finalement qu’en raison des conséquences économiques, et éventuellement stratégiques, qu’ils entraînent. Bien entendu, nous ne sommes pas dans la rue, ni pour le meilleur ni pour le pire.

Ni pour le sentiment exaltant de vivre une page d’histoire, ni pour essuyer la mitraille d’un dictateur à l’agonie. Évidemment, nos dirigeants ne sont pas directement les cibles de ces révolutions-là. Et notre vie

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes