Ventres à vendre

Noëlle Guillon  • 3 mars 2011 abonné·es

Autrefois, elles scandaient « mon corps m’appartient » . Aujourd’hui, le ­ventre des femmes entraîne de nouveaux débats chez les féministes. Faut-il légaliser la gestation pour autrui (GPA) ? Les « mères porteuses » sont interdites en France depuis 1991 et une décision de la Cour de cassation stipulant que cette pratique « contrevient tant au principe d’ordre public de l’indisponibilité du corps humain qu’à celui de l’indisponibilité de l’état des personnes ». Ce que la loi de bio­éthique de 1994 a inscrit dans le marbre. Une femme qui accepte de porter un enfant pour une autre moyennant rémunération risque deux ans de prison et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Le retour de la fierté arabe
Temps de lecture : 3 minutes