Prof, agriculteur, militaire, ouvrier, étudiante… laborieux travail

Pauline Graulle  et  Jennifer Austruy  et  Nolwenn Weiler  • 28 avril 2011 abonné·es
«Mon seul espoir d’embauche, ce sont les départs en retraite»

Thomas[^2], 22 ans, ouvrier intérimaire dans la sidérurgie à Metz.

« J’ai un bac pro en mécanique industrielle et je suis intérimaire dans la sidérurgie à Metz depuis août 2010. Quand je suis entré dans le monde du travail, je n’avais pas d’expérience, je venais juste de quitter l’école. J’ai mis dix mois à trouver un premier boulot. Les employeurs ne reconnaissaient pas l’apprentissage comme de l’expérience. Comme il y avait une crise, ils

n’embauchaient personne. Quelques mois plus tard, j’ai entendu que l’entreprise pour laquelle j’avais postulé dès la sortie de l’école recrutait. J’y suis donc allé et ils m’ont orienté vers une boîte d’intérim parce qu’ils n’engageaient pas en CDI. Mon contrat se terminera fin décembre. Ensuite, soit je chercherai un CDI, soit j’essaierai de trouver un autre contrat en attendant de repostuler dans mon entreprise actuelle [six mois plus tard, la période de carence, NDLR] . Je chercherai dans la mécanique industrielle et la production ou le contrôle. Je chercherai aussi dans la livraison mais j’aimerais quand même rester dans l’industrie. Il y a encore de grosses entreprises en Lorraine, et des petites qui travaillent pour les grosses, donc pour l’instant mon profil est très recherché dans la région. Je suis quand même inquiet parce qu’il y a de plus en plus d’entreprises qui ferment dans le coin, et qui délocalisent dans les pays de l’Est. J’ai peur qu’un jour il n’y ait plus de travail par ici. Il faudra alors que je cherche hors de la région. Si mon entreprise me demande de déménager ailleurs qu’en Lorraine, je le ferai. Pour l’instant, il n’y a pas de possibilité d’embauche en production, là où je suis actuellement. Mon seul espoir d’embauche, ce sont les départs en retraite. »

« J’ai l’impression que la France me recrache»

Juliette, 24 ans,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 16 minutes