Des salariés roulés dans la farine

Depuis plus de deux mois, des salariés de Pizza Hut France sont en grève à Paris pour dénoncer les multiples atteintes aux droits du travail dont ils sont victimes. Reportage.

Pauline Graulle  • 14 juillet 2011 abonné·es
Des salariés roulés dans la farine
© Photo : Nicolas Portnoi

«Solidarité avec les grévistes ! Boycottez Pizza Hut ! » Tract dans une main, sébile en carton dans l’autre, une petite vingtaine de salariés, amis et militants (du NPA) tiennent le piquet de grève devant le Pizza Hut de la rue Ordener (Paris XVIIIe). Dimanche soir, 19 heures : le point de vente, bien qu’entièrement recouvert d’affichettes, est ouvert. Et le ballet des livreurs en scooter continue autour du petit attroupement.


« Nous voulons informer les clients et collecter de l’argent pour notre cais se de solidarité, mais aussi plomber le chiffre d’affaires du magasin. Vous savez, la direction de Pizza Hut ne comprend qu’une chose : le fric », soupire Hichem Aktouche, 26 ans, employé depuis six ans et syndicaliste SUD. Fait rarissime dans le secteur de la restauration rapide, cela fait neuf semaines que le mouvement dure. Si les troupes s’amenuisent avec le temps, elles sont «  soutenues par les collègues », assure Aziz [^2]
, 25 ans, arrivé du Maroc en 2008 pour faire ses études en France. Dans les quatorze « magasins »[^3]
 de Paris et de sa petite couronne (200 salariés), la colère est immense. « Au fond, on ne fait pas grève uniquement pour des revendications salariales, dit Aziz, mais à cause de toutes les humiliations qu’on subit. »


D’abord, les salaires « de misère » à 9,08 euros brut de l’heure. Puis les multiples entorses au droit du travail : absence de chaises

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes