À contre-courant / Nationaliser les banques

Michel Husson  • 15 septembre 2011 abonné·es
L’Europe à la sauce néolibérale était un machin mal conçu, qui s’est déglingué au fil des ans et semble incapable de résister au stress test de la crise. Il n’y a au fond que deux issues : soit chacun reprend ses billes, soit on refonde l’édifice de fond en comble. Mais les bricolages s’ajoutent aux bricolages. Le sort de la Grèce sert de baromètre à cette trajectoire
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes