Le paradoxe de la primaire

Le premier enseignement de cette primaire dite « citoyenne » peut s’énoncer sous forme de paradoxe. Tout le monde en convient : le grand vainqueur de ce premier tour, c’est assurément Arnaud Montebourg. C’est-à-dire celui de tous les candidats qui a eu le discours le plus à gauche, contre le pouvoir de la finance et le laisser-faire complice d’une Europe libérale. Celui qui a manifesté avec le plus de force une volonté de rupture. Mais, au final, quel nom va sortir du chapeau ? On oserait presque dire « de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents