Un héros indélébile

L’artiste palestinien Naji al-Ali a été assassiné en 1987. Son personnage fétiche est toujours là.

Naji al-Ali est né dans un village de Galilée en 1936, année du début de la première grande révolte arabe contre l’occupation britannique de la Palestine, et contre le soutien que le Royaume-Uni apportait aux sionistes. Naji al-Ali fait partie de cette génération de Palestiniens qui ont été conditionnés par l’histoire. Hommes et femmes qui, par la force des choses, se sont identifiés à leur peuple. En 1948, pour la famille de Naji, comme pour tant d’autres, c’est l’exil. Le gamin se retrouve dans un camp…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents