Dans la peau de Patti Smith

Claudine Galea raconte sa relation physique entretenue par et avec la musique de son idole.

Elle dit « elle » pour « je » et « je » pour « elle ». Claudine Galea parle d’elle-même à la troisième personne en ouverture de son hommage à Patti Smith, tandis qu’elle se glisse dans la peau de la chanteuse américaine. Et son fantasme d’adolescente de 16 ans, qui découvrit cette voix dans un village de pêcheurs près de Marseille en 1976, s’incarne. D’emblée, elle parle de corps, de magnétisme, de vertige. À la page suivante, elle est Patti chantant « Gloria » ( Horses ) : « Here she comes/walkin’ down…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.