Le vinyle fait son come-back

Les 33 et 45 tours
deviennent la meilleure arme
des indépendants
pour combattre la crise du disque.

Éric Tandy  • 15 décembre 2011 abonné·es

En France, ils étaient près de 3 000 au début des années 1980, ils ne sont plus aujourd’hui que 200 environ. Pourtant, les disquaires indépendants ne baissent pas les bras. Leur faible marge commerciale (avec une TVA à 19,6 %) les maintient à un stade artisanal, mais ils survivent avec ténacité à la crise du disque qui, depuis 2002, fait chuter annuellement les ventes d’albums de 15 à 20 %.

Laissés de côté par les majors du secteur, dont le lobbying a obtenu la non-application au disque (contrairement au livre) du prix unique de la loi Lang, et les multinationales comme Polygram (devenue depuis Universal),

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 6 minutes