Les gourous de la pensée unique

Les économistes qui conseillent les deux principaux candidats à la présidentielle émargent aussi dans les grandes entreprises, et imposent leurs oracles libéraux.

Thierry Brun  • 12 avril 2012 abonné·es

Jean-Hervé Lorenzi est catégorique. « Ce qui compte, c’est de respecter l’engagement d’atteindre l’équilibre des finances publiques en 2017 », affirme cet économiste, un des conseillers les plus en vue de François Hollande, dans un entretien à Libération (du 9 février). Cet expert qui défend le programme du candidat socialiste est président du Cercle des économistes, club distingué de la pensée néolibérale, également membre du Conseil d’analyse économique (CAE), placé auprès du Premier ministre avec pour ­mission d’éclairer les choix du gouvernement.

Jean-Hervé Lorenzi n’est pas le seul à conseiller François Hollande. D’éminents universitaires comme Élie Cohen et Philippe Aghion sont du nombre de ces experts invités à faire part de leurs réflexions sur la régulation des marchés et la gouvernance d’entreprise, la crise du système bancaire et la dette… Ils ont en commun d’être membres du CAE et des économistes réputés « orthodoxes », parmi donc les principaux relais de la pensée unique. S’exprimant sur la politique industrielle, Philippe Aghion, professeur d’économie à l’université de Harvard, n’hésite pas à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes