« Une seconde femme », d'Umut Dag : Douceur du gynécée

Dans Une seconde femme, Umut Dag raconte avec subtilité l’arrivée d’une nouvelle épouse dans une famille turque de Vienne.

On ne compte plus les films bien intentionnés dont l’objectif est de dénoncer l’oppression des femmes par les hommes dans l’islam, enfonçant avec vigueur des portes déjà largement ouvertes. La plupart naviguent entre naïve bonne conscience et semi-roublardise, et leurs auteurs oublient trop souvent que dénonciation et cinéma vont rarement bien ensemble. Une seconde femme n’a heureusement pas cette vocation, même s’il semble d’abord en prendre le chemin. Une jeune fille, Ayse (Begüm Akkaya), est mariée dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents