Fédéralisme : histoire d’un oubli

En Europe, la pensée fédéraliste ne s’est pas épanouie. L’espace commun est surtout économique. Manque un projet politique.

« Davantage d’Europe », plus de « solidarité » et « d’intégration ». Les Européens ont le fédéralisme sur le bout de la langue, mais rares sont ceux qui osent en prononcer le nom. C’est que l’idée va à l’encontre d’une histoire qui s’est construite autour du concept d’État-nation, dont la France est l’exemple le plus achevé. Pour renverser cette montagne de tradition et de conservatisme, il faudrait que les partisans du fédéralisme donnent au moins de ce mot une définition claire et convaincante. Or, c’est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents