Resnais l’impertinent

Vous n’avez encore rien vu interroge le jeu d’acteurs vedettes.

La liberté donne de la légèreté. L’œuvre entière d’Alain Resnais en témoigne. Le cinéaste a pourtant ignoré les sujets futiles, mais il a su ne jamais être rattrapé par l’esprit de sérieux. L’âge venant, la mort et ses questionnements occupent désormais le réalisateur avant toute chose, comme c’est le cas avec Vous n’avez encore rien vu. Pour autant, le pathos n’y est pas au rendez-vous. La légèreté, c’est, en l’occurrence, un dispositif qui s’organise autour de la disparition d’un metteur en scène dont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents