Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Dossier : Mineurs délinquants : faut-il les enfermer ?

Faut-il enfermer les mineurs délinquants ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Aurait-on perdu la foi en nos éducateurs ? À Sevran et à Marseille, la détresse a poussé un maire écologiste et une sénatrice socialiste à demander le renfort de l’armée contre les divers trafics et leurs nuisances. Face à la médiatisation de la violence juvénile, de l’affaire Merah au double meurtre d’Échirolles (Isère), les politiques semblent démunis pour proposer autre chose que des mesures répressives. Même à gauche.

Dans son programme de candidat, François Hollande promettait de doubler le nombre de centres éducatifs fermés (CEF) pour les mineurs récidivistes. Il emboîtait ainsi le pas à la droite, qui avait annoncé en novembre 2011 la transformation de 20 foyers « ouverts » en CEF, à la suite du meurtre d’une collégienne par un élève de son établissement.

Créés par la loi Perben I en 2002, les CEF ont d’abord fait bondir les pédagogues. Depuis, ils se sont fait une place comme alternative à la prison. Mais certains connaissent de graves dysfonctionnements.Le recentrage des moyens sur les CEF voulu par François Hollande ravive donc la controverse chez les professionnels, qui dénoncent la « faillite » de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Depuis dix ans, le « tout-répressif » a fragilisé les mesures éducatives et, si les CEF sont politiquement rentables, ils restent néanmoins coûteux.Au diapason des professionnels, la nouvelle garde des Sceaux, Christiane Taubira, a pris ses distances avec la promesse de François Hollande, et temporise en attendant le rapport d’une mission d’évaluation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents