Vaccins, le soupçon

L’Agence de sécurité refuse de financer une étude sur un adjuvant potentiellement dangereux.

Les travaux de l’équipe des professeurs Gherardi et Authier sur l’aluminium vaccinal ne seront pas financés par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Une décision polémique alors que cet adjuvant est soupçonné d’être dangereux. Depuis un siècle environ, l’aluminium est utilisé comme additif dans les vaccins, assurant leur efficacité. Mais, depuis une étude de 1998, des chercheurs s’interrogent sur sa possible nocivité. Les travaux de Romain Gherardi et Michelle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.