Main basse sur l’eau publique

La Commission européenne tente d’accélérer la privatisation de la gestion des services de l’eau.

Symbole de la volonté de la Commission européenne et de la Troïka (Banque centrale européenne, FMI et Union européenne), la privatisation de la gestion de l’eau a commencé en Grèce par les villes de Thessalonique et d’Athènes. Les sociétés Eyath et Eydap, qui gèrent respectivement le service public de l’eau des deux villes, feront l’objet d’un appel d’offres international début 2013. C’est ce qu’a indiqué récemment le ministère grec des Finances, qui a bouclé le cadre réglementaire de cette privatisation.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents