Capitale de la culture, mais quelle culture ?

Les organisateurs de Marseille-Provence 2013 ont tenté d’ouvrir leur programmation, mais n’ont pu faire taire les divergences.

Erwan Manac'h  • 10 janvier 2013 abonné·es

La fête devrait être belle. Pour les yeux, les oreilles et – espère-t-on – le porte-monnaie des Marseillais. Élue « capitale européenne de la culture », avec la ville de Kosice, en Slovaquie, l’agglomération marseillaise accueillera 800 manifestations en 2013. Une quarantaine de chantiers d’infrastructures ont été lancés ou relancés pour l’occasion, à raison de 660 millions d’euros d’investissements publics. L’association Marseille-Provence 2013 (MP 2013), qui pilote les festivités, a mis sur pied une série d’initiatives pour faire sortir la culture « institutionnelle » de son nid : des résidences d’artistes aux quatre coins du département, l’aménagement d’un circuit de grande randonnée, etc. Les associations ont vu 525 de leurs projets partiellement subventionnés et 350 autres

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes