À contre-courant / La finance de l’ombre contre la démocratie

Le 22 janvier 2012, en pleine campagne électorale, François Hollande déclarait au meeting du Bourget : « Mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance. Il n’a pas de nom, pas de visage, il ne sera pas élu. Et pourtant il gouverne. » Cette tirade enflammée était suivie d’un déluge de promesses pour une réforme radicale du système bancaire, la lutte contre la spéculation et les paradis fiscaux… Les citoyens français ont soutenu ces engagements par leurs votes. Aujourd’hui, ils se sentent trahis.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.