« Queen of Montreuil », de Solveig Anspach : La banlieue enchantée

Avec Queen of Montreuil , Solveig Anspach signe une fantaisie burlesque et accueillante.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quoi de plus propice à la comédie qu’un point de départ a priori lugubre ? Une femme arrive de l’étranger avec son mari mort dans une urne funéraire. Mais la manière dont Agathe (Florence Loiret-Caille) tient l’urne dans ses bras enlève du pathos à la situation. Et quand elle se trouve assise dans une administration à côté d’une Islandaise, Anna (Didda Jonsdottir), et de son grand fils, Ulfur (Ulfur Aegisson), avec lesquels elle entreprend de parler leur langue mystérieuse, les choses deviennent de plus en plus décalées. Le décalage, l’écart avec le réel, le retournement du regard. Voilà ce qui rapproche le burlesque et la poésie, et qui se trouve au cœur de Queen of Montreuil.

Le film précédent de Solveig Anspach, Back Soon, entièrement islandais, avait cette tonalité. Mais, ici, la légèreté prend plus d’ampleur ou, si l’on veut, plus de poids. Peut-être, justement, parce que cette légèreté fantasque, si rare dans le « cinéma d’auteur », mais proche d’un Iosseliani par exemple, prend son assise sur le puits du chagrin qui toujours menace Agathe, mais s’avère antinomique avec la présence d’Anna et d’Ulfur. Ces deux-là sont d’« étranges » Islandais dans les rues de Montreuil, que la cinéaste filme comme une ville harmonieuse et ensoleillée, loin des pauvres clichés de la banlieue. Solveig Anspach, qui croise en elle plusieurs identités, s’amuse à montrer cette ville proche de Paris comme un creuset bien français, avec ses Noirs et ses Arabes. Mais Anna et Ulfur ne sont pas seulement des touristes : ils ont une forte personnalité. Pour fumer de l’herbe et écrire ses poèmes, Anna se réfugie en haut d’une grue en compagnie de son conducteur attendri (Samir Guesmi). Tandis qu’Ulfur fait ami-ami avec un phoque du zoo d’à côté, qui jusque-là déprimait, et qu’il ramène chez Agathe.

La demeure de celle-ci devient dès lors une maison d’accueil, où règnent l’amitié et même, timidement de retour, l’amour. Mais la cinéaste ne cède jamais le pas à la sensiblerie. Elle joue sur tous les ressorts de la comédie, dont le vaudeville, au gré d’une scène qui donne l’occasion à la délicieuse Sophie Quinton de faire une petite visite à ce film hospitalier. Bien entourée par Didda Jonsdottir et Ulfur Aegisson, Florence Loiret-Caille est la comédienne idéale pour jouer la fantaisie jusque dans le deuil, la fragilité associée à la cocasserie. Une actrice dans la lignée de Juliet Berto, avec son monde à elle, qui sert ses personnages.


Queen of Montreuil , Solveig Anspach, 1 h 27.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.