Retraites : la vie à l’économie

La baisse des pensions programmée par le gouvernement affaiblira une population déjà fragilisée. Trois retraitées témoignent de leur quotidien, entre débrouille et résignation.

Julie Droin  • 21 mars 2013 abonné·es

L’objectif de la négociation en cours entre syndicats et patronat : faire des économies, encore et encore. Les réformes de 2003 ont pourtant déjà eu un impact considérable sur les retraités, qui, contrairement aux idées reçues, ont un niveau de vie bien inférieur à celui des actifs. Le protocole d’accord sur les régimes de retraite complémentaire engendrera une nouvelle diminution de leur pouvoir d’achat et creusera les inégalités.

« Il faut se priver »

Yvonne Dromer n’est « que » conjointe d’exploitant agricole dans l’Orne : son statut professionnel n’a jamais été reconnu. Elle a pourtant travaillé toute sa vie à la ferme. Aujourd’hui, il lui reste le minimum vieillesse, 250 euros, ainsi que la réversion de la retraite de son mari, décédé depuis dix-huit ans.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes