À propos de « grande coalition »

L’Allemagne nous donne l’exemple d’une société qui se pilote comme un conseil d’administration, sans vraie liberté de choix.

Imaginez qu’au soir du 15 mai 2012, et après avoir remporté de haute lutte la bataille électorale contre Nicolas Sarkozy, François Hollande nous ait annoncé son intention de nommer son rival malheureux au ministère de l’Économie et des Finances. Comment aurions-nous réagi ? La colère sans aucun doute. L’impression d’avoir été grugés par des mois de fausses querelles et de débats en trompe-l’œil. Eh bien, c’est à peu près ce qui risque d’arriver dans les prochains jours à nos voisins allemands. Vaincus, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.