Marie-Noëlle Lienemann : « Éviter la crispation des deux gauches »

Marie-Noëlle Lienemann revient sur la stratégie du mouvement Maintenant la gauche.

Pauline Graulle  • 17 octobre 2013 abonné·es

La sénatrice de Paris défend la possibilité d’un changement de la politique gouvernementale avec une forte pression d’une alliance rose-rouge-vert à l’Assemblée.

Vous partagez, sur le fond, les idées du Front de gauche, mais vous avez décidé de rester au PS. Quelle est votre stratégie pour peser ?

Marie-Noëlle Lienemann : Notre discours, qui est celui de la Gauche socialiste [courant fondé en 1988 par Jean-Luc Mélenchon et Julien Dray, NDLR], n’a rien de nouveau. Aujourd’hui, la plupart des militants socialistes pensent comme nous. Le parti n’est certainement pas préempté par le hollandisme – je rappelle que François Hollande n’a rassemblé que 55 % des voix à la primaire, et qu’il n’aurait peut-être pas été investi si Montebourg ne l’avait pas soutenu. Nous ne sortirons donc pas du PS. D’abord parce que nous sommes socialistes, mais aussi parce qu’être à l’extérieur ne permet pas d’être écouté davantage, comme on le voit avec le Front de gauche. Pour l’heure, Jean-Luc Mélenchon campe sur une stratégie de tension entre les deux gauches, mais, si on peut comprendre qu’elle ait lieu de temps en temps, nous pensons qu’il faut éviter cette crispation. La division amène François Hollande à utiliser à plein les institutions de la Ve République pour continuer, à marche forcée, sa politique de centre gauche. C’est suicidaire, car des gens se disent : « Cette gauche est dans l’impuissance générale, je vais chercher une réponse au Front national. » Notre thèse est donc que seule la gauche réunie obligera François Hollande à changer le centre de gravité de sa politique.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

Afin d’amorcer un tournant rapide de la politique du gouvernement, nous plaidons pour que le PS propose à ses alliés rouge-rose-vert un pacte législatif autour de cinq ou six grandes réformes urgentes : la réforme fiscale, les garanties pour le monde du travail, un plan de relance industrielle, la transition énergétique… Le nouveau gouvernement aurait pour mandat de réussir ces réformes avec une alliance rouge-rose-vert à l’Assemblée. L’idée, c’est qu’au mois de janvier le premier secrétaire du PS porte ce pacte pour pousser Hollande à ouvrir un deuxième acte. Et si ce n’est pas le premier secrétaire qui s’en charge, nous le ferons…

C’est en effet à l’opposé du PS actuel, qui est inféodé à l’exécutif.

Mais ce n’est pas à l’opposé des textes du PS, ni de la base militante ! Soit on attend la fin du quinquennat en se disant qu’on ne peut rien faire, soit on se dit qu’il y a des rapports de force à construire. Contrairement à ce que pense le gouvernement, la croissance mondiale ne va pas revenir comme par magie sauver la France. Il faut donc que l’on pousse le président de la République, qui, dans la Ve République, ne peut pas être mis en minorité, à donner son avis sur la stratégie que l’on propose. Il faut jouer de la conscience politique de François Hollande, qui n’est pas insensible au rapport de force politique.

Le plus difficile ne va-t-il pas être de convaincre la droite du PS ?

Oui, mais aussi la gauche de la gauche, car il y a des gens qui estiment que leur existence est liée au fait même qu’ils contestent ! Mais nous y travaillons au sein du club Gauche avenir, qui rassemble des parlementaires (et pas uniquement de l’aile gauche), mais aussi Christian Picquet ou Emmanuelle Cosse, qui va prendre la tête d’EELV.

Politique
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent
Politique 20 juillet 2024 abonné·es

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent

La gauche gagne la présidence de la commission des finances et celle des affaires culturelles et de l’éducation. Les Macronistes se taillent la part du lion grâce à l’appui quasi-systématique des députés du Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée
Direct 19 juillet 2024

La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée

L’élection du bureau de l’Assemblée nationale a viré à l’avantage de la gauche qui emporte la majorité de ces postes-clés pour l’organisation et la direction des débats. Le RN n’y a aucun élu, tout comme le MoDem. Récit de cette très longue journée qui ne s’est achevée qu’au petit matin.
Par Michel Soudais
À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez
Parlement 19 juillet 2024 abonné·es

À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez

Malgré sa lourde défaite aux législatives, le bloc présidentiel conserve le perchoir grâce à un deal avec la droite. La gauche, perdante de cette élection stratégique, dénonce un « vol » politique et cède du terrain pour Matignon.
Par Lucas Sarafian
« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner
Mobilisation 18 juillet 2024 abonné·es

« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner

Plusieurs dizaines de rassemblements, à l’initiative de la CGT Cheminots, se sont tenus ce jeudi partout dans l’Hexagone. À Paris, quelques milliers de personnes se sont déplacées pour demander la mise en place, au plus vite, d’un gouvernement du Nouveau Front populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc