À (re)voir, l’enquête d’« Envoyé spécial » sur les partenariats public-privé

Dix ans après la légalisation en France des partenariats public-privés (PPP) , permettant à une collectivité ou à l’État de déléguer la construction et la gestion des équipements publics, les exemples d’échec se multiplient. Plus coûteux pour les finances publiques à long terme qu’une sous-traitance classique, les PPP s'accompagnent dans bien des cas d'une gestion opaque et d'irrégularités, constatées la plupart du temps après la livraison des bâtiments. Du Capitole de Châlon-en-Champagne – qui aura…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents