Hollande et Gattaz au pays de Google

Que faut-il admirer le plus dans le géant de Mountain View ? La capacité d’innovation ou une organisation du travail qui suppose l’abolition de toute contrainte sociale ?

Le voyage de François Hollande aux États-Unis aura au moins eu un avantage. Pendant quelques jours, nos regards se seront tournés vers la Silicon Valley et son principal fleuron : Google. La montée en puissance de la firme de Mountain View n’est certes pas une nouveauté, mais on peine toujours à en prendre la mesure. Ou la démesure. Et cela pour une bonne raison : le géant est en perpétuelle transformation. Il ne fait pas que grandir de façon exponentielle, il mute. En seize ans d’existence, le « moteur de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.