Great Black Music : Un défaut d’éclairage

Dotée d’une scénographie ludique et plaisante, ainsi que d’une illustration sonore de qualité, l’exposition Great Black Music à la Cité de la musique échoue pourtant à faire entendre ce que signifie « musique noire ».

Àl’orée de l’exposition Great Black Music, le visiteur se voit remettre un « smartguide » qui lui permettra d’écouter les exemples musicaux jalonnant le parcours ; ultérieurement, il pourra en envoyer une sélection à son adresse électronique. Dans la première salle, « Les légendes des musiques noires », vingt et un « totems » symbolisent autant de personnalités (dont plus de la moitié des États-Unis) supposées représentatives de ces musiques, liste sans grande surprise, hormis la présence en son sein…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents