Masculinisme : un contre-mouvement social

L’année 2013 a été marquée par des actions de pères divorcés se disant victimes d’une société où les femmes auraient pris le pouvoir. Un an plus tard, des collectifs s’organisent pour contrer ce mouvement réactionnaire et anti-féministe.

Ingrid Merckx  • 6 mars 2014 abonné·es

Nantes, 15 février 2013. Deux hommes se perchent en haut de deux grues. Le premier, Nicolas Moreno, redescend au bout de quelques heures. Le second, Serge Charnay, y reste quatre jours. Il se présente comme un père privé de son enfant et se dit victime d’un pouvoir judiciaire plus favorable aux mères. Les médias se déchaînent. Quand il retouche terre, il fait le « V » de la victoire devant les caméras. Trois jours plus tard, Patric Jean, le réalisateur de la Domination masculine  (2007), écrit dans le Monde une tribune intitulée « L’escalade des pères à Nantes cache une proposition de loi ». Ce texte, déposé le 24 octobre 2012, veut instaurer la résidence alternée obligatoire en cas de divorce et faire entrer dans la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes