Dossier : La France rêvée de Manuel Valls

Nadia, smicarde et condamnée à le rester

Octobre 2015. La politique de Hollande et de Valls s’applique depuis neuf mois et commence à produire ses effets. Fiction.

Le DRH l’a dit sèchement à Nadia, diplômée et smicarde dans le groupe coté en Bourse qui l’emploie : « Pas question d’augmenter les salaires, ce n’est pas le moment ! » Comme dans nombre d’entreprises, le « zéro charge » pour l’employeur d’un salarié payé au Smic, mis en place au 1er janvier 2015 par le gouvernement de Manuel Valls, n’a pas eu l’effet escompté. Pourtant, Carlos, le PDG de Nadia, ne paie plus aucune cotisation sociale pour financer la santé, la retraite, le chômage et la famille, soit 188…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.