« Black Coal », de Diao Yinan : La Chine broie du noir

Dans Black Coal , Diao Yinan revisite les archétypes du polar et met admirablement en scène une société en décomposition.

Une main, parmi d’autres morceaux d’un cadavre, est retrouvée dans le charbon d’une carrière minière. Ainsi commence Black Coal, Ours d’or du meilleur film à Berlin cette année, le troisième long-métrage de Diao Yinan. En Chine, le charbon est broyeur de vies. Non seulement à cause des coups de grisou, fréquents dans le nord du pays, où les mines abondent. Mais aussi de manière plus métaphorique, le charbon figurant une réalité noire, possiblement incandescente, dangereuse. Une image de violence. Cette…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.