Jazz : Contrebasse en équilibre

Stéphane Kerecki rend hommage au cinéma de la Nouvelle Vague.

Les corrélations entre le jazz et la Nouvelle Vague ne sont plus à démontrer. Démarche libertaire, iconoclasme, goût de l’expérience formelle, sens de l’inutile et de l’improvisation, clairvoyance politique et sociale, réactivité, subjectivité assumée (voire cultivée)… Autant de points communs pour ces deux courants artistiques majeurs du XXe siècle. Malgré l’évidence du sujet, le contrebassiste Stéphane Kerecki est l’un des rares musiciens de jazz à s’y être attaqué. Avec ce nouvel album, sixième à son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents