« Tisa », nous voilà : adieu Sécu, santé, école...

La juriste Danièle Favari détaille les dangers de l’Accord sur le commerce des services, négocié secrètement par l’Union européenne.

Depuis que le traité de Maastricht a interdit à la Banque centrale européenne d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions centrales et aux autorités régionales ou locales, les États sont obligés de se financer sur les marchés. Augmentant perpétuellement leurs déficits budgétaires et le poids de leur dette. « Notre » dette publique dépassera les 2 000 milliards d’euros à la fin 2014 et, alors même que ce traité a défini comme l’un des cinq critères de convergence une limite…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents