Dossier : Hollande, Valls : Enfin seuls !

Une réforme inadaptée aux petites communes

Dotée de faibles moyens, Aumessas, dans les Cévennes, perd au change avec la mise en place du nouveau rythme.

Dans le petit village cévenol d’Aumessas, 230 habitants, la réforme des rythmes scolaires n’est pas bien accueillie. « Elle n’est pas adaptée, estime Marie-Renée Laurent, maire d’Aumessas, et c’est très lourd financièrement pour notre petite commune. » Un constat partagé par Isabelle Curti, directrice du regroupement pédagogique intercommunal (RPI), et par Christel Viot-Carvalho, professeure des écoles à Aumessas. Le village fait partie d’un RPI entre les communes d’Aumessas, Bez-et-Esparon, Arre et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents