Un certain Monsieur Dijsselbloem…

MM. Hollande et Valls ont perdu depuis longtemps la confiance de ceux qui les ont portés au pouvoir, sans gagner celle des libéraux.

Denis Sieffert  • 16 octobre 2014 abonné·es

Le décor est planté pour ce qui est un peu « la mère de toutes les batailles » dans le champ politique désormais européen : le débat budgétaire. D’un côté, des socialistes frondeurs, les Verts et le Front de gauche ; de l’autre, les gardiens du temple de la zone euro ; et, entre les deux, François Hollande et Manuel Valls, que l’on finirait par prendre en pitié s’ils ne s’étaient pas eux-mêmes placés dans cette inconfortable situation. La confrontation a lieu sur deux terrains : à l’Assemblée, où un long débat débutait mardi ; et à Bruxelles, où la copie du gouvernement français risque fort d’être retoquée, puisque telle est désormais la prérogative de la Commission européenne.



Malheureusement, il ne s’agit ni d’un western ni d’un match de catch. C’est le sort de notre pays pour les prochaines

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes