Le climat, une affaire politique

Peu importe que l’on appelle ça « décroissance », « sobriété » ou « post-croissance », l’idée est la même. Elle suppose un autre partage des richesses.

Denis Sieffert  • 6 novembre 2014 abonné·es
Le climat, une affaire politique

Nous voilà en face d’une étrange contradiction. Nul ne peut nier que les climato-sceptiques, comme on les appelait trop aimablement, ont perdu la bataille culturelle. On ne les voit quasiment plus balader leur mauvaise foi sur les plateaux de télévision. Leurs arguments ont été écrasés sous des tonnes d’études et de statistiques irréfutables, ou contredits par la simple et tragique évidence de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes