« Iranien », de Mehran Tamadon : Le salon public

Dans Iranien, un cinéaste athée a convié quatre mollahs pour tenter de s’entendre sur un hypothétique vivre-ensemble.

On se souvient du film réalisé en 2011 par Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb, qui se déroulait entièrement dans l’appartement du premier, condamné par le régime iranien, interdit de cinéma. Dans Ceci n’est pas un film, Jafar Panahi imaginait dans sa salle à manger quel serait son prochain projet, qu’il mènerait à bien dès qu’il le pourrait. Mehran Tamadon a tourné lui aussi Iranien dans une unique maison, propriété familiale située dans la campagne iranienne. C’est tout autant pour des raisons de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.