Comptines graves

Mirel Wagner signe un deuxième album de chansons d’une touchante simplicité.

Après l’album de Lee Bains et de sa bande d’artificiers dont nous parlions récemment, voici une autre production du fameux label SubPop, celui de Nirvana et du grunge en général dans les années 1990, qui montre à quel point il mérite que l’on continue à le suivre de près. À quel point aussi il a su se diversifier. Car on peut difficilement trouver plus éloignés que les disques de Lee Bains et ceux de Mirel Wagner. Autant l’un est une explosion d’énergie, autant l’autre est minimal et intimiste. Mirel…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.