Le maire FN de Fréjus retire Libération de la médiathèque

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Libération wanted à Fréjus ? D'après Mediapart , David Rachline, maire FN de la ville, a mis fin à l'abonnement de la médiathèque au quotidien de gauche. Le Figaro devrait connaître le même sort fin avril. «Restrictions budgétaires»* , a-t-il argué.

En septembre, un centre social dont la directrice avait tenu des propos mettant en cause l'équipe municipale dans Libération a été fermé par la mairie. Et un journaliste de France info s'est vu refuser l'accès à un conseil de quartier.

En mars 2014, la campagne pour les municipales a été l'occasion de faire remonter de vieux souvenirs liés à la censure exercée par les mairies FN dans les années 1990, notamment dans les bibliothèques.

Lire > Qui veut mettre les biblios à poil ?

Au moment des municipales, c'était surtout des livres de jeunesse abordant les questions de genre qui étaient dans le viseur.

Aurélie Filippetti, alors ministre de la culture, avait rappelé :

« La France ne tolère pas les tentatives de censure de ces lieux phares de la République que sont les bibliothèques . »

Et Anne Verneuil, présidente de l’Association des bibliothécaires de France, avait insisté :

« La vigilance doit être permanente : le premier danger, c’est la remise en cause du pluralisme. Il faut vérifier que les bibliothécaires ne subissent pas de pressions. Ils sont les premiers garants de la liberté d’opinion


Photo : David Ramos / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents