Le sang bientôt privatisé ?

Un article de la loi Macron concerne le Laboratoire du fractionnement et des biotechnologies.

Politis  • 22 janvier 2015
Partager :

La loi Macron va-t-elle conduire à privatiser la filière du sang ? Un article de la loi, niché entre l’ouverture du capital des aéroports et celle du groupe d’armement Nexter, concerne le Laboratoire du fractionnement et des biotechnologies. Ce laboratoire, jusqu’alors détenu à 100 % par l’État français, est spécialisé dans la création de médicaments issus du plasma (la partie liquide du sang). Il ferait donc son entrée sur le marché. Trente ans après l’affaire du sang contaminé, l’initiative a de quoi inquiéter… En pointe sur le sujet, la députée Cécile Duflot a accusé Emmanuel Macron de vouloir « la privatisation de l’Établissement français du sang à la place de la ministre de la Santé ». Ce qu’a récusé le ministre. On attend les garanties.

Société Santé
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don